Le soleil de Formentera vous ramènera la douceur naturelle, accueillante, souriante et pleine de bonnes intentions. C’est sur ce bout de terre que Sara a décidée de vivre pendant six mois chaque année, pour ensuite voyager là où le vent lui donne la force d’aller.

Parfois c’est l’Amérique du Sud, parfois l’Asie, cela dépend plutôt de la compagnie, où des envies de notre Sara. Elle est toujours préparée avec son sac à dos minimaliste, mais rempli de bonheur.

Découvrons la mieux, car , je vous dis… ici, vous allez piquer plein de conseils d’une végétarienne et qui l’est depuis plus d’une décennie a à peine trente ans.

Salut Sara, peux-tu nous dire qui tu es ?

Je m’appelle Sara Luna,  je suis mi-espagnole mi-péruvienne. J’habite actuellement à Formentera, une petite île aux Baléares en Espagne.

Quand est-ce que tu as décidée de devenir végétarienne ?

J’ai commencée quand j’avais 17 ans après une période de méditation, lorsque j’entrais dans l’âge adulte. C’est là que l’on commence à prendre conscience et à choisir véritablement ce que nous voulons dans la vie. J’ai donc décidée, (à vrai dire, c’est mon corps qui l’a fait) que je ne voulais plus manger de la chair animale, mais de toute manière je n’avais jamais été fan de viande.

Quels sont les bénéfices immédiats que tu as pu constater ?

Le premier bénéfice fut de découvrir une digestion plus légère, plus dans l’âme que dans le corps, meilleure. C’était une légèreté que je ne pourrais pas vraiment expliquer, c’est comme  planer au lieu de  marcher, mon corps était très éthéré.

Le bien-être physique et spirituel que j’ai pu constater m’ont aidé à trouver de plus en plus de raisons pour être en paix et harmonie avec moi-même et beaucoup plus avec le monde en général.

Peux-tu nous décrire ton panier typique d’achats au supermarché ?

Ce qui ne peut jamsara ais manquer ce sont les algues, de tout genre, le gomasio que parfois je fais moi-même, les graines de sésame, chia, courge, tournesol.

Les fruits secs, le tofu, le tempeh et le seitan (dans ce cas, je préfère le faire à la maison, car il n’a rien à voir à celui que l’on peut retrouver dans les supermarchés).

Je suis accro au pâté d’artichauts. Le yaourt au soja avec des myrtilles et muesli. Les farines de tout type: complète, de kamut, d’épeautre,… Le Tahini et le spiruline pour me donner de l’énergie et des vitamines. Les fruits frais pour faire du jus. Ah ! et le miso, dans toutes ses variétés.

En général je consomme beaucoup de produits asiatiques, le soba, riz spéciale sushi, spaghettis de riz,…

As-tu des recettes que tes amis omnivores ont adorées ?

Fricandeau de seitan, les hamburgers de soja, millet et betteraves. Il y a aussi les boulettes de tofu et le risotto aux cèpes, cœur d’artichauts ou des ingrédients de saison.

La soupe au miso plait beaucoup aussi et bien sûr une salade tiède de soba.

Qu’est-ce que tu dirais à quelqu’un qui veut commencer un régime sans viande ?

Je lui conseillerais de faire ce qu’il sente avant tout. C’est important qu’il se renseigne afin de faire ce pas vers le changement d’alimentation avec du calme, avec de l’ouverture d’esprit. Il faut essayer beaucoup de choses différentes et rééduquer le palais en prenant le temps, en ayant patience. Je lui dirais que c’est important de tomber amoureux de la cuisine parce qu’autrement il souffrira en mangeant dehors… il n’y a pas beaucoup de choix pour manger sain, gourmand et bon marché au resto !

Justement, en parlant de budget, penses-tu que ce style de vie est plus cher ?

Personnellement, j’ai toujours beaucoup dépensé en nourriture et mon budget ne fait qu’augmenter, car j’achète des produits bio, éthiques et de petits producteurs autant que je peux ! Mais je considère que cela le vaut bien.

*Cover photo crédits Bogdan Dada

Comments are closed.